Enquête : Comment une expérience candidat positive peut protéger votre image et améliorer votre rentabilité

La procédure de soumission de candidatures et d’entrevue peut être angoissante et chronophage pour les chercheurs d’emploi, lesquels doivent naviguer autour de variables inconnues et changeantes sur lesquelles ils n’ont aucun contrôle. Néanmoins, dans l’environnement d’embauche d’aujourd’hui, dicté par les candidats, les chercheurs d’emploi ont plus d’options que jamais. Il incombe alors aux employeurs d’offrir la meilleure expérience possible pour les candidats, puisque cela pourrait déterminer leur succès en recrutement et avoir un effet sur leur image publique en général.

Rehausser l’expérience candidat est une priorité pour les employeurs depuis les dernières années et est encore plus dans le point de mire récemment suite au resserrement du marché de l’emploi au Canada. Nous voyons la notion de « marque employeur » gagner en popularité alors que les chercheurs d’emploi ont un plus grand accès à l’opinion et l’expérience d’anciens employés.

Les employeurs qui ne fournissent pas une expérience de recrutement positive risquent de rater l’occasion d’embaucher de grands talents. De plus, avec le nombre croissant de manières par lesquelles les candidats peuvent partager leurs opinions sur les réseaux sociaux et les sites Web, maltraiter les chercheurs d’emploi peut revenir hanter les employeurs en diminuant la possibilité d’attirer des candidats de qualité à l’avenir et, parfois même, endommager la réputation et la rentabilité de l’entreprise.

Indeed a mené une enquête auprès de plus de 250 chercheurs d’emploi au Québec et 1000 chercheurs d’emploi au Canada qui ont postulé à un emploi au cours de la dernière année dans le but de connaître leur expérience et découvrir ce que les employeurs pourraient apprendre de celle-ci. Voici ce que nous avons trouvé :

Prenez soin de votre image en leur donnant quelque chose de positif à partager  

Avec l’émergence des plateformes d’évaluation tierces, les conversations et les avis sur les entreprises se font à une échelle beaucoup plus grande et les chercheurs d’emploi s’y intéressent. En effet, 92 % des travailleurs canadiens disent que la réputation d’une entreprise serait importante s’ils considéraient un nouvel emploi.

Dans la présente étude, 67 % des chercheurs d’emploi au Québec (65 % au Canada) disent avoir vécu des expériences positives ou surtout positives lors de l’entrevue ou du recrutement en général.  Fait saillant, 91 % des personnes interrogées au Québec (94 % au Canada) disent qu’elles partageraient une expérience d’entrevue ou de recrutement positive avec leur famille et leurs amis. Encore plus (92 % au Québec, 95 % au Canada) sont susceptibles de recommander une entreprise à d’autres amis, collègues ou connaissances qui seraient à la recherche d’un emploi, suite à une expérience positive avec une entreprise.

D’un autre côté, 27 % des chercheurs d’emploi québécois (31 % au Canada) ont vécu des expériences positives et négatives, avec 6 % des personnes interrogés partout affirmant avoir eu des expériences surtout négatives.  Cela démontre que plusieurs employeurs ont du travail à faire pour s’améliorer. Selon notre sondage, les chercheurs d’emploi sont plus susceptibles de partager leur expériences négatives, 91 % d’entre eux au Québec (89 % au Canada) disant qu’ils partageraient une expérience négative avec leurs proches. De plus, 63 % au Québec (69 % au Canada) ne sont pas susceptibles de recommander une entreprise à d’autres amis, collègues ou connaissances qui pourraient rechercher un emploi s’ils ont eux-mêmes vécu une expérience de recrutement négative avec une entreprise.

Qu’est-ce qui rend l’expérience des candidats positive ou négative?

Certains des facteurs faciles à contrôler qui créent une expérience candidat positive deviennent plus important quand il s’agit de réactions négatives. Par exemple, une description d’emploi complète et précises arrive en troisième (35 % au Québec, 41 % au Canada) des facteurs créant une expérience positive. Cependant, de l’autre côté, une description de poste qui est différente du rôle discuté lors de l’entrevue est le principal facteur (46 % partout) qui mine l’expérience candidat.

Fait intéressant, le respect de leur temps arrive quatrième (30 % au Québec, 38 % au Canada) parmi les critères pour une expérience positive, mais le nom respect du temps d’un chercheur d’emploi, comme lorsqu’un recruteur ou un gestionnaire qui cherche à embaucher annule une entrevue, arrive retard ou peu préparé, arrive au même rang au Québec (32 %) mais deuxième au Canada (42 %), parmi les raisons qui rendraient l’expérience négative.  Autre résultat différent, le dernier critère positif selon les chercheurs d’emploi au Québec est une discussion sur la conciliation travail-vie personnelle (27 %), alors qu’au Canada, ils priment plutôt une communication et une rétroaction adéquates fournies par l’employeur (36 %).

Les candidats aimeraient idéalement avoir des nouvelles dans une à deux semaines

Il est important pour un employeur de faire bonne impression et d’être apprécié. Cependant, il y a d’autres aspects importants de l’expérience candidat qui sont plus faciles à contrôlé et pour lesquels se préparer. Nous pouvons modifier comment nous communiquons concernant un emploi et comment nous nous comportons durant une entrevue, en se présentant à l’heure, en se préparant d’avance et en faisant un suivi dans un délai opportun.

Une autre grande source de frustration pour les chercheurs d’emploi est de ne pas recevoir de nouvelles des employeurs. Près des trois quarts des personnes interrogées au Québec (70 %) et au Canada (73 %) préfèreraient qu’un recruteur ou qu’un gestionnaire qui embauche communique avec eux après plus d’une journée et pas plus d’une semaine suivant une entrevue

La rapidité est importante, puisque plus d’un tiers des chercheurs d’emploi au Québec (36 %, 42 % au Canada) penseraient ne pas avoir eu l’emploi après la dernière entrevue s’ils n’avaient pas de contact plus d‘une semaine et jusqu’à deux semaines plus tard. Deux Québécois sur cinq (42 %) abandonneraient espoir d’avoir l’emploi s’ils étaient sans nouvelles pendant plus de deux semaine et jusqu’à un mois après l’entrevue. La moitié des personnes interrogés partout (50 %) pensent que plus d’une semaine et jusqu’à deux semaines est un délai approprié entre l’entrevue et aux alentours d’un  tiers (29% au Québec, 35 % au Canada) pensent qu’une semaine est idéale.

Le temps d’attente entre une entrevue et une réponse d’un employeur peut provoquer de l’anxiété chez les candidats et, comme nous l’avons vu, ça ne prend pas beaucoup de temps pour que ces derniers envisagent un résultat négatif. Au-delà de la frustration causée aux candidats, le vrai danger d’attendre trop longtemps pour répondre est que ceux-ci trouver un autre emploi. Puisque les candidats ont beaucoup d’autres options, ils pourraient commencer à regarder ailleurs et à considérer d’autres offre plus sérieusement s’ils ne pensent plus être en liste chez vous.

Les expériences négatives nuisent à votre image et votre rentabilité

Une expérience négative pour les candidats est très susceptible d’être partagée et pourraient inciter certains chercheurs d’emploi à se retirer de la procédure de soumission de candidature. De plus, environ sept personnes sur 10 (67 % au Québec, 71 % au Canada) disent qu’une expérience d’entrevue négative avec une entreprise aurait un effet négatif sur leurs échanges commerciaux pour les services et produits d’une entreprise.

La majorité des candidats parleront d’une expérience positive ou négative et utiliseront probablement celle-ci pour modifier leurs interactions commerciales avec l’entreprise, qu’ils soient embauchés ou pas. Les employeurs qui s’assurent de laisser une bonne impression auprès des chercheurs d’emploi rehausseront leur réputation par le bouche-à-oreille et protègeront leur rentabilité et les intérêts de leur marque employeur dans l’avenir.

Il n’est pas si difficile d’améliorer votre expérience candidat 

Si vous pensez à une expérience candidat positive comme un outil de ventes pour les meilleurs talents, une entreprise peut améliorer ses résultats de recrutement en attirant plus de candidats pour des postes à pourvoir à l’avenir. En améliorant l’expérience des candidats, la qualité des candidats qui postulent s’améliorera également. L’entreprise deviendra plus concurrentielle dans le marché d’embauche et pourraient attirer les meilleurs candidats avant ses concurrents.

Notre enquête démontre qu’il y a des tactiques simples que les employeurs peuvent faire pour assurer une expérience positive pour les candidats. La préparation et le respect sont clés dans la procédure d’embauche puisqu’une belle personnalité n’est qu’un seul atout. Plus simplement, que la description de poste soit cohérente dans toutes les conversations, que le temps du candidat soit respecté et qu’il y ait une communication adéquate et opportune sont des manières faciles d’éviter des expériences négatives et les possibles contre-chocs.

  • Commencez par le début – la description de poste : Nous avons vu que les écarts entre la description de poste fournie et celle discutée dans l’entrevue est le facteur le plus susceptible de miner l’expérience candidat. Cela dit, assurez-vous de publier une description de poste cohérente avec ce que vous discutez durant l’entrevue. C’est une manière simple mais essentielle d’éviter de perdre de grands talents et de perdre du temps. Pensez bien au rôle que vous cherchez à combler et à vos besoins de manière claire et attirante lorsque vous écrivez votre description d’emploi.
  • Repensez à votre procédure d’entrevue : l’entrevue est très déterminante dans la décision d’un chercheur d’emploi d’accepter une offre d’embauche. Simplifiez la procédure de soumission de candidature et l’entrevue, afin d’améliorer le taux de conversion des candidats. Par-dessus tout, soyez ponctuels et préparés.
  • Communiquez clairement et faites un suivi rapidement : il est important pour les employeurs de maintenir une communication constante avec les candidats afin qu’ils soient le plus informés possible à chaque étape du recrutement. Personnalisez vos communications avec chaque candidat plutôt que d’envoyer des messages automatisés et soyez clairs concernant quand ils auront des nouvelles. De plus, offrez de la rétroaction, surtout si les candidats sont rendus aux dernières étapes de la procédure d’embauche mais n’ont pas eu l’emploi.

L’expérience candidat est une dimension de plus à considérer lorsque vous recrutez, mais influencera la réussite en recrutement de votre entreprise et pourrait avoir un effet sur votre réputation et votre rentabilité financière. La bonne nouvelle est qu’il a des manières très simple de rendre l’expérience positive pour tous les candidats, même ceux que vous n’embauchez pas.

Methodologie

Cette enquête a été effectuée par Censuswide pour le compte d’Indeed entre le 19 février et le 4 mars 2019 auprès de 252 chercheurs d’emploi au Québec et 1003 chercheurs d’emploi au Canada choisis au hasard qui ont postulé à un emploi au cours de la dernière année au Canada. La marge d’erreur est de ± 3,09 % au Canada et de ± 6,17 % au Québec,19 fois sur 20.