Pré-conclure l’entente : conseils d’experts pour réussir votre recrutement

Dans le marché d’aujourd’hui qui est axé sur le candidat, les chercheurs d’emploi ont plusieurs postes desquels choisir et ont la possibilité d’être très sélectifs. Si vous voulez que votre offre d’emploi se démarque et que vous voulez vous donner les meilleures chances possibles d’embaucher, vous devez adopter une stratégie que plusieurs ignorent : l’art de pré-conclure de l’entente.

L’art de pré-conclure l’entente est une technique qui indique au candidat tôt que vous le considérez tout en vérifiant son intérêt, en comprenant ses priorités et en vous permettant d’identifier rapidement et d’adresser tout obstacle qui pourrait l’empêcher d’accepter une offre d’embauche.

Le temps de commencer à pré-conclure l’entente avec un candidat est dès que vous l’identifiez comme candidat viable. Regardons ce à quoi cela ressemble à chaque étape du processus d’embauche.

Pré-conclure l’entente – Étape 1 : la présélection téléphonique

Tout commence avec une présélection au téléphone. Les recruteurs sont souvent ceux qui font cet appel pour en dire plus aux candidats sur le poste et l’entreprise et pour évaluer leur expérience.

Pré-conclure l’entente à cette étape se traduit par quelques questions. Le but est d’identifier tout barrage et y remédier rapidement pour apaiser toute inquiétude que le candidat pourrait avoir en début du processus. Ne vous préoccupez pas de la rémunération pour l’instant.

Voici quelques questions communes pour vous aider à cerner les préoccupations du candidat et à vraiment comprendre ses priorités :

  • À part la rémunération, quels autres facteurs entrent dans votre processus de prise de décision?
  • Y a-t-il quelqu’un d’autre qui prend part dans votre décision d’accepter un emploi?
  • Quelle est votre préoccupation principale ou question à laquelle que vous voulez qu’on répondre avant de prendre une décision?
  • Comment évalueriez-vous cette opportunité parmi les autres que vous considérez? Pourquoi?

À partir de ces questions, vous pourriez apprendre que le candidat s’inquiète du long transit ou cherche des occasions de croissance professionnelle. Vous pourriez répondre en soulignant des options de travail à la maison ou la culture de l’entreprise de promouvoir les gens à l’interne. L’excellent aspect est que vous avez un aperçu de l’état d’esprit de votre candidat et les facteurs qui pourraient, au bout du compte, influencer sa décision d’accepter une offre d’embauche ou pas.

De là, laissez savoir au candidat qu’une personne de l’équipe avec laquelle il travaillerait potentiellement l’appellera sous peu pour l’entrevue téléphonique officielle.

Il est important de garder les délais courts entre les contacts avec le candidat et que vous respectiez les échéanciers que vous vous fixez. L’ancien adage s’applique : promettez moins que ce que vous livrez.

Pré-conclure l’entente – Étape 2 : l’entrevue téléphonique officielle

La prochaine étape ressemble à la précédente. Cette fois-ci, c’est habituellement le gestionnaire de l’équipe qui fait l’appel et il pourrait s’attarder davantage sur les détails du poste.

Il pousse le processus pour pré-conclure l’entente de l’avant. Cette fois-ci, cela signifie poser une variation des mêmes questions qui ont déjà été posées, en renforçant les manières dont ces préoccupations ont été apaisées.

Vous commencez également à poser des questions au candidat sur la rémunération, son intérêt pour le travail associé au poste et vous allez plus en profondeur sur les autres occasions qu’il poursuit dans sa recherche d’emploi.

Il est important que le candidat comprenne que cette conversation sur la rémunération n’est pas (encore) une offre d’embauche officielle. Vous rassemblez simplement des renseignements pour le mettre dans la meilleure position possible pour recevoir une offre compétitive et alléchante si la conversation se poursuit.

Si le candidat vous divulgue son salaire à son dernier emploi, vous pouvez présumer qu’il cherche un salaire un peu plus élevé, au moins 10 % dit-on. Si vous prévoyez poser la question, prenez soin de d’abord connaître les règles entourant ce sujet délicat dans votre région.

Vous ne devriez pas ignorer les intérêts du candidat et ses préoccupations concernant le travail associé au poste. À cette étape, vous pourriez encore avoir l’occasion d’adresser et de réduire l’écart d’entente. Le candidat est-il préoccupé par le titre du poste? S’inquiète-il de la quantité de voyagement? Pensait-il que le travail et les responsabilités associés au poste étaient plus grandes? Toutes ses questions sont importantes à valider. Vous présuppositions peuvent être vos pires ennemis.

Il est aussi crucial que vous compreniez ce que vous affrontez et qui (lorsque c’est possible). Vous posez des questions au candidat sur les autres occasions qu’il poursuit dans sa recherche d’emploi et comment vous l’évaluez.

Pré-conclure l’entente – Étape 3 : après l’entrevue en personne

À la fin de l’entrevue en personne, vous devriez avoir une assez bonne idée si vous allez poursuivre le processus avec ce candidat ou pas. Si la réponse est oui, c’est le temps d’accélérer la pré-conclusion de l’attente.

L’objectif ici n’est pas seulement de tester l’intérêt du candidat mais aussi de communiquer clairement votre intérêt au candidat.

Cela peut être accompli avec des mesures comme demander des références ou demander quand il peut commencer. Ces deux questions sont pertinentes, mais portez attention à comment le candidat y répond. Semble-t-il excité par la nouvelle opportunité? Ou traîne-t-il la patte? Votre interprétation est là où l’art de pré-conclure l’entente entre en ligne.

Le recherche d’emploi est stressante. À cette étape, le candidat est souvent en train d’essayer d’évaluer votre intérêt pour lui et se demande s’il devrait rester disponible pour l’emploi chez vous ou chercher ailleurs.

Simplement communiquer votre intérêt peut soulager son esprit et l’empêcher de vous éliminer comme possibilité.

Il y a plusieurs façons de partager votre intérêt avec le candidat. Il peut s’agir d’un courriel d’un dirigeant principal, une vidéo du gestionnaire qui embauche soulignant la culture de votre entreprise ou un repas avec l’équipe.

De petits gestes peuvent avoir un grand impact.

Signaux d’alarme et angles morts

Les gestionnaires qui embauchent ont tendance à être souvent ignorés. Ils doivent souvent faire une dance compliquée avec ce candidat et avec d’autres en même temps. Avec un art aussi subtil que la pré-conclusion, il est très facile de manquer des parties clés du processus.

Voici certains des angles morts habituels :

  • Se concentrer exclusivement sur la rémunération et non sur le développement de carrière ou la bonification de fonction. La rémunération est importante, mais ce n’est pas la seule chose que les candidats considèrent. Aussi important pour votre culture d’entreprise, la sécurité d’emploi et les occasions de croissance pour votre candidat, entre autres.
  • Ne pas répondre aux préoccupations de votre candidat du début à la fin. Une fois que vous avez identifié des obstacles potentiels à son acceptation, vous devez concevoir vos interactions d’une manière à y répondre.
  • Ne pas prendre le temps de comprendre complètement comment le candidat prend des décisions dans sa recherche d’emploi. Comprendre comment il prend ses décisions vous aide à plus facilement personnaliser vos interactions avec lui. Doit-il vérifier sa décision avec un(e) conjoint(e)? A-t-il un emploi actuellement ou considère-t-il ses options? Veut-il travailler pour une entreprise qui fait le bien dans le monde? Vous pouvez utiliser tous ces renseignements.

Si vous réussissez à pré-conclure l’entente, cela devrait vous mettre en bonne position pour la prochaine étape : l’offre d’embauche officielle. La façon dont vous faite cette étape peut influencer les chances d’acceptation de votre candidat.

Ed Delgado est directeur de repérage de candidats à l’échelle internationale (Global Sourcing) chez Indeed.